Qui se cache derrière Henri Seguin?

couverture d'Un train entre ne gare livre rare

Dans la biographie de  Pierre Benoît, le romancier paradoxal, par Gérard de Cortanze, Albin Michel 2012, nous pouvons lire:

L’année 1924 est une année riche qui file à grande vitesse, Pierre Benoît… participe à une nouvelle mystification littéraire. Cette dernière a pour titre Un train entre en gare. Il s’agit encore d’un roman écrit à plusieurs – parmi les signataires on trouve Charles Derennes en maître d’oeuvre, mais aussi Tristan Derème, Léon Delfloux… – et attribué cette fois à un certain Henri Seguin qui n’existe pas en tant qu’écrivain, mais qui est bien un être de chair et de sang puisqu’il participe au banquet donné en son honneur au restaurant des sociétés savantes, à Paris, rue Danton! Henri Seguin assureur de son état, et arborant pour l’occasion une barbe fluviale, bien entendu postiche, qui le fait ressembler aux augures du radicalisme alors très en vogue, y est sacré « prince des romanciers » et déclaré lauréat du prix du Super-Roman, doté de huit mille francs…

Dans un communiqué du Figaro du 1er juin 1924, on apprenait que Tristan Derème faisait parti du jury du prix bi-annuel de 8000 francs, dit prix du Super-Roman: prix décerné à l’unanimité des voix. Les autres membres: Curnonsky, Vincent Hyspa, G. de la Fouchardière, Jean de Gourmont, Charles Derennes, Léon Delfloux, Georges-Armand Masson, Robert Dieudonné, Marcel Rouf et Maurice Debroka.

Pourquoi est-ce que je parle de ce roman? Un train entre en gare.

Un train entre en gare, Henri Seguin, Éditions du Siècle, Paris, 1924 dans une reliure Art-Déco de Jeanne Langrand datée de1926, BnF, Réserve des livres rares

Un train entre en gare, Henri Seguin
Éditions du Siècle, Paris, 1924
dans une reliure Art-Déco de Jeanne Langrand datée de1926
BnF, Réserve des livres rares

Parce qu’il est rarissime. Absent des catalogues de vente en ligne des bouquinistes depuis longtemps, nous aurions pu penser que ce livre n’ait jamais été imprimé. Nous sommes pourtant le propriétaire d’un ouvrage, La négresse dans la piscine de Vincent Hyspa et Fernand Mysor, paru en 1924, numéro 1 dans la collection Les romans gais  aux Éditions du Siècle, Paris, au 4e plat duquel, le fameux train était annoncé comme n°2 de la collection.

Et la BnF a la chance d’en posséder au moins deux exemplaires dont un vient de nous attirer l’attention. En effet je viens de le trouver dans le dossier de presse de la prochaine exposition de la BnF,  Éloge de la rareté, Cent trésors de la réserve des livres rares du 25 novembre 2014 au 1er février 2015.

Donc un exemplaire d’ Un train entre en gare, Henri Seguin, Éditions du Siècle Paris, 1924, existe dans une reliure Art-déco de Jeanne Langrand datée de 1926.

Nous aurons l’occasion de revenir sur ces mystifications littéraires auxquelles participa Tristan Derème.

Pour le plaisir, la couverture du numéro un, de la collection des Romans Gais !

La négresse vertela négresse verte - dos de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *