Quand Anna de Noailles écrivait pour les âmes futures

Anna de Noailles

Poursuivons avec cette grande dame et souvenons-nous du temps où parlant de l’un ou l’autre écrivant on disait : « c’est une belle âme ». À qui le dire aujourd’hui ?

Curieusement en 1902, Anna de Noailles, à peine 25 ans, édite un recueil de poèmes, L’ombre des jours, qui a tout du testament du poète. Plus de vingt ans après, elle rencontre Tristan Derème… Dans ce recueil il y avait ce poème devenu célèbre… Imaginez le temps d’un rêve à qui notre belle Comtesse pouvait s’adresser…

Anna de Noailles par Man Ray vers 1930

Anna de Noailles
par Man Ray vers 1930

J’écris
J’écris pour que le jour où je ne serai plus
On sache combien l’air et le plaisir m’ont plu,
Et que mon livre porte à la foule future
Combien j’aimais la vie et l’heureuse nature.
Attentive aux travaux des champs et des maisons
J’ai marqué chaque jour la forme des saisons,
Parce que l’eau, la terre et la montante flamme
En nul endroit ne sont si belles qu’en mon âme.
J’ai dit ce que j’ai vu et ce que j’ai senti,
D’un coeur pour qui le vrai ne fut point trop hardi
Et j’ai eu cette ardeur, par l’amour intimée,
Pour être après la mort parfois encore aimée.
Et qu’un jeune homme alors lisant ce que j’écris,
Sentant par moi son coeur ému, troublé, surpris,
Ayant tout oublié des compagnes réelles,
M’accueille dans son âme et me préfère à elles…
Anna de Noailles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *