1924

  Plume-le-Poule suivi de vingt contes de Guyenne et Gascogne, Louis Palauqui et H.-Henri Bouffard,  Bordeaux, Aux éditions de la Gorgogne et du Cerf-Volant, préface de Tristan Derème – recueil de contes


1925

  L’escarpolette fleurie, poèmes qui précèdent en fac-similé, des vers manuscrits de Paul-Jean Toulet, Tristan Derème, Francis Carco, Philippe Chabaneix, Léon Vérane, et Noël Ruet, Noël Ruet, Bruxelles : R.Simonon, Liège : J.Mawet, préface de Tristan Derème – recueil de poèmes
dédié à : Tristan Derème, Eugène Marsan et Edmond Picon


1926

  Gammes, Paul Garcin,  Saint-Félicien en Vivarais : éd. Au Pigeonnier, un bois gravé de Pierre Deval , préface de Tristan Derème –


1927

  Les goëlands aventureux, Fernand Pistor et Louis Lataillade,  Toulouse : Privat, Paris : H.Didier, préface de Tristan Derème – recueil de poèmes


1927

  Mon cœur passionné, Jeanne Marvig,  Paris : éd. Minerva , préface de Tristan Derème – recueil de poèmes


1927

  Devoirs de vacances, Jehanne Tamin,  Aquarelles de O.Fabres Paris,Le Divan, préface de Tristan Derème


1928

  Élégies, Jean de la Fontaine,  Saint-Félicien en Vivarais : éd. Au Pigeonnier, 25 bois gravés de Philippe Burnot , préface de Tristan Derème –


1928

  Poésies de Malherbe, préface de Tristan Derème,  Paris : La cité des livres – recueil de poèmes


1928

  Les Douces-Amères, Jacques Delmond, Paris : Collection de l’Ermitage, préface de Tristan Derème, – recueil de poèmes


1933

  Les mille et une manières de frauder le fisc, Jules Badin,  Paris : éd. Maurice d’Hartois , préface de Tristan Derème


1933

  À contre-jour, Jean de Busca,  Paris : éd. G. L.B. , préface de Tristan Derème – recueil de poèmes
Est-ce que Jean de Busca est réellement le pseudonyme de la Comtesse de Franclieu comme le laisse entendre  le-livre.fr – Sablons.


1938

  Les heures passées, Jean Peltier, Éd Fernand Sorlot, préface de Tristan Derème


1938

  La muse à l’imprimerie, Paul Guédon, Imp. Floch Mayenne, préface de Tristan Derème


?

  À travers Paris, dix croquis colorés à la main, O. Fabres, Paris, Le Divan, 37 rue Bonaparte, préface de Tristan Derème


Fermer le menu