[L’œil du rat]

Un visage, une phrase, un merle, ce fruit d’if
jaune, j’ai tout aimé d’un amour maladif,
car en tout je trouvais la marque du mystère
universel ; et sous les branches, solitaire
dans l’herbe et la chaleur que de fois j’ai compté
les anneaux éclatants des guêpes de l’été.
L’ombre émouvante est dans les choses minuscules,
et je me tais pour écouter les crépuscules
le grillon dont la voix déferle comme un flot
et renaît et se brise ; et dans l’œil d’un mulot
ainsi que dans la mer où se perdent les voiles,
se reflètent l’azur, la lune et les étoiles.

Tristan DERÈME,  1911 Petit Cahier

 

 

 

 

Fermer le menu