J’exprimais autrefois d’une façon morose

J’exprimais autrefois d’une façon morose
mon désespoir et ma tristesse à l’eau de rose.
Mon poëme était plein de larmes, de douleurs
de cris, et je riais en décrivant mes pleurs.
Plus artificiel qu’un pâtre de pendule
je ciselais, avec un sourire incrédule,
des agrafes et des boutons de corozo

Mais l’Amour a paru soufflant dans un roseau…

Tristan Derème

 

dans Les ironies sentimentales 1909