Comme j’allais, couvert de la poussière du voyage,
heurtant aux pierres mes sandales,
vous étiez au balcon que les glycines automnales
enguirlandent de leur feuillage.
Et vous étiez si calme parmi l’ombre
votre visage était si pur
en ce crépuscule d’octobre,
que je sentais sur mon épaule
se nouer un manteau d’azur,
et que dans ma poitrine, avec des gerbes d’étincelles
mon cœur vibrant battait des ailes.

Tristan Derème

 

dans Les ironies sentimentales 1909

Fermer le menu