Derème, un détour par Londres

Belle découverte dans les pages d’une revue anglaise, Rhythm datée de l’hiver 1911 : ce beau poème de Tristan surmonté d’une illustration de Jessie Dismorr.

1911- Rhythm III - un des Petits poèmes de Tristan Derème sous un dessin de Jessie Dismorr
1911- Rhythm III – un des Petits poèmes de Tristan Derème sous un dessin de Jessie Dismorr

PETIT POEME
Nous nous taisons. Le vent balance
les deux saules sur l’abreuvoir ;
et je sais, malgré ton silence,
que ce soir est le dernier soir.
Adieu. Des feuilles tombent. Lune
coutumière. Décor banal.
Tourterelles. Crépuscule. Une
étoile, comme un point final.
Tu as la force de sourire,
et dans mon cœur je reconnais
l’odeur des buis que l’on respire
dans les jardins abandonnés.

TRISTAN DEREME

On retrouvera ce poème en 1922 dans son recueil La Verdure Dorée. Quant à la revue en question nous aurons l’occasion d’en reparler…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu