1923 – Mélodies pour la Verdure dorée

Voilà quelques années nous avions signalé que Tristan Derème s’était aussi dévoilé parolier de chansons et  que certains de ses poèmes avaient été mis en musique.

Une récente trouvaille sur un site de vente nous donne l’occasion de revenir sur ce point.

Le 30 janvier 1924, à la Société musicale indépendante de Paris, Marie-Louise Asso interprétait  quatre poèmes de la Verdure Dorée mis en musique par Jacques Ibert pour mezzo-soprano ou basse et piano. Ces mélodies composées en juin 1923 sur les poèmes, Comme j’allais couvert de la poussière du voyage, Tiède azur, les bouvreuils s’éveillent, Cette grande chambrée, Personne ne saura jamais,  sont à découvrir dans la partition suivante: La verdure dorée, Tristan Derème Jacques Ibert.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu